Les soupes de farine de maïs (sagamités)

La sagamité est une soupe épaissie avec de la farine de maïs. Les Français l’ont baptisée ainsi en s’inspirant du mot sagamitew d’origine algonquine. Cette soupe était le plat journalier de tous les autochtones du pays, y compris des nations nordiques qui ne plantaient pas de maïs chez elles. Les nations iroquoïennes parfumaient leur soupe de maïs avec du poisson ou du gibier frais, en saison, ou avec du poisson ou du gibier fumé, en hiver. Les nations algonquiennes s’en servaient surtout pour épaissir les soupes et les plats bouillis de petit gibier. Les religieuses et les missionnaires s’en faisaient plutôt des espèces de bouillies avec du lait qu’ils consommaient sans viande. La version présentée ici est faite à partir d’un bouillon de perdrix (gélinotte huppée), à la manière algonquine. Les Mohawks l’appellent plutôt ononta et les Hurons ottet. Aujourd’hui, on la fait aussi bien avec un bouillon de viande domestique qu’avec du gibier. Et on ajoute souvent un autre légume autochtone comme le maïs sucré ou la courge pour lui donner de la consistance, comme on le faisait aussi au XVII ou au XVIII e siècle.

Voir les recettes de soupes de farine de maïs ou les sagamités