Les poudings chômeurs

Les poudings-chômeur évoquent toute une époque par leur appellation. Ils rappellent le chômage important de milliers de travailleurs québécois, en particulier de certains quartiers ouvriers de Montréal, lors du krash boursier de Wall Street, le 24 octobre 1929, qui ferma des centaines d’entreprises dans le monde, dans les années 1930. Les gouvernements canadien et québécois de même que la mairie de Montréal sous la direction de Camilien Houde, organisèrent les secours directs pour faire face au problème. La femme du maire eut l’idée de publier une recette économique pour faire face à la pauvreté qu’on baptisa pouding chômeur par la suite. D’où venait la recette? Était-ce l’une de ses créations? Ce qui est certain, c’est que la recette est une descendante de la fameuse recette des grands-pères ou dumplings cuits dans un sirop. On le faisait avec du sirop d’érable ou du sirop de petits fruits sauvages, à la campagne où ces denrées étaient facilement accessibles, en saison. Madame Houde eut probablement l’idée de remplacer le sirop d’érable par du sirop de cassonade, beaucoup plus accessible aux pauvres que le sirop d’érable, à l’époque où il était plutôt rare. -- Dans les années 1930, on achetait encore plus de sucre d’érable que de sirop d’érable. Le pouding chômeur contemporain se fait aussi avec du sirop d’érable, plus accessible et abordable qu’autrefois.