Les oeufs divers au déjeuner

Les œufs du matin appartiennent davantage à notre héritage britannique qu’à notre héritage français. Le déjeuner avec des œufs, du bacon, des saucisses, du jambon et des pommes de terre rôties nous vient d’Angleterre. La tradition est entrée chez nous par la restauration. Lorsque on construisit la première voie ferrée du Canada, entre La Prairie et Saint-Jean=sur-le-Richelieu pour relier Montréal à Boston par le lac Champlain et le fleuve Hudson, il y eut beaucoup d’affluence aussi sur la route entre les deux villes. Des immigrés d’origine américaine eurent l’idée d’ouvrir des auberges le long de cette route pour permettre aux voyageurs de se restaurer. Ils servirent les premiers déjeuners britanniques de notre histoire culinaire. Les Canadiens-Français apprécièrent ce type de repas qu’ils ne connaissaient pas et ils se mirent à les fréquenter régulièrement. Montréal suivit la mode rapidement de même que les autres villes et les bateaux de voyageurs sur le fleuve. Du côté français, on avait beaucoup de recettes avec des œufs mais on les faisait surtout le midi ou le soir. Le dimanche, après la grand’messe, on faisait souvent un repas avec l’omelette soufflée ou la grosse crêpe au four. On faisait aussi des œufs à la crème (œufs pochés dans de la crème bouillante) qu’on mettait sur la table pour manger avec du pain de ménage. Lorsque l’industrialisation remplaça la ferme pour occuper les hommes, on commença à voir des hommes imiter les Irlandais qui se faisaient cuire un œuf avec du pain grillé, avant de partir au travail. Les œufs miroir, les œufs tournés, les œufs brouillés, les œufs pochés font donc partir de nos déjeuners depuis 150 ans, environ.