Les grands-pères, échaudées, poutines, nounes, plottes ou domplines

Ce dessert qui appartient à notre patrimoine culinaire a divers noms issus du langage populaire et qui font tous image. Il s’agit de boules grossières de pâte à galettes qu’on dépose à la cuiller sur un liquide bouillant afin de les cuire à la vapeur, avec un couvercle. Le boules de pâte prennent environ 10 min à cuire de cette façon. Le liquide en question peut être un bouillon de viande, de soupe, de ragout ou un sirop de sucre ou de fruits. La pâte est neutre mais peut s’accommoder de sucré ou de salé, selon les besoins. Dans certaines familles, les boules de pâte servaient de pain d’accompagnement ou de dessert puisqu’on les enlevait du plat, au début, pour manger la soupe et le plat principal, et qu’on les gardait pour le dessert, avec de la mélasse ou de la confiture. Quelques précisions sur les noms et leur origine : les grands-pères sont connus partout au Québec depuis le milieu du XIXe siècle. Les échaudées sont d’origine normandes et viennent de la Gaspésie comme les nounes ou les plottes. Les poutines sont le nom acadien pour la même chose et sont d’ailleurs à l’origine de la poutine québécoise, par analogie ; le fromage en grain qui flotte sur la sauce brune ressemble aux boules de pâte nommées poutines qui flottent sur une sauce brune à ragout. Les domplinnes sont une francisation de dumpling, le terme anglais utilisé pour nommer cette pâtisserie aussi populaire dans les familles anglophones que francophones. Enfin, certaines familles les faisaient cuire simplement sur de l’eau bouillante pour les manger, en guise de pain, le matin ou le soir, en accompagnement d’un reste de bouilli ou de ragout.