Le coca-cola

Le coca-cola fut inventé en 1886 par un pharmacien qui voulait apporter une solution efficace pour lutter contre la dépression des militaires, après la guerre de Sécession qui divisa les États-Unis, au milieu du XIXe siècle. La première version s’appelait French Wine of Coca parce qu’elle était composée d’alcool et de coca, la plante dont on tire la cocaïne. Pour ce faire, John Pemberton se servit de la cocaïne qui était importée du Pérou aux États-Unis, depuis 1870. La campagne menée contre l’alcool l’amena aussitôt à modifier sa recette après sa création en remplaçant l’alcool par la noix de kola, d’où le nom de Coca-Cola. Cette noix originaire de l’Afrique tropicale était réputée pour ses propriétés énergisantes. Sa consommation provoque un coup de fouet d’énergie encore recherché, aujourd’hui, par les gens qui veulent rester éveillés. Elle est cependant remplacée depuis des années par une caféine de synthèse qui procure le même effet. À l’origine, les gens achetaient un sirop vendu en pharmacie, comme on achète un médicament. On eut l’idée, par la suite, d’ajouter de l’eau gazéifiée pour mieux faire passer le médicament. Cependant, aux débuts des années 1890, on s’aperçut que le coca-cola rendait les gens dépendants, comme l’alcool. On décida alors de remplacer la coke par du sucre et c'est alors que le coca-cola devint une boisson simplement rafraichissante et non plus un médicament. Ce sont les soldats américains qui firent connaître le coca-cola en Europe, lors de leur participation à la Première Guerre mondiale. Dès 1920, on embouteilla du Coca-Cola au Québec. C’est M. Arthur Grenier de Saint-Georges-de-Beauce qui fut le premier représentant de Coca-Cola, au Canada, en 1920. Il faisait aussi du Crème Soda. Et il eut aussitôt de la compétition, avec M. Gédéon Roy de Beauceville qui mit une boisson semblable sur le marché, le Kit-Cola. Le Pepsi-Cola suivit en 1896, inventé par un autre pharmacien de la Caroline du Nord, M. Caleb D. Bradham. Le Pepsi-Cola devait soulager les ulcères d’estomac. La compagnie fit faillite lors de la Première Guerre mondiale. Son nom fut racheté par Charles Ruth, un industriel de la confiserie américaine, qui voulait entrer en compétition avec Coca-Cola. On connait toujours la guerre des colas, dans le marketting actuel de ces compagnies devenues internationales.