La viande de gibier dans le sable brûlant à la manière autochtone

Ce type de plat d’origine autochtone et européenne remonte sans doute à la découverte du feu par les races humaines, il y a plusieurs centaines d’années. Les spécialistes de la préhistoire mondiale pensent que l’homme aurait découvert les bienfaits de la cuisson par le feu, suite aux feux de forêt qui brulaient les arbres et les animaux de la forêt. La consommation de viande cuite serait apparue comme beaucoup plus facile à digérer et à manger. L’idée serait alors venue de provoquer ensuite, des feux pour faire cuire les gibiers et les poissons qu’ils attrapaient. Et ils les auraient ainsi déposés près du feu, en les enveloppant de cendres, de braises et de sable brulant qui les auraient cuits à travers leurs plumes, leur fourrure ou leurs écailles. Ces surfaces protectrices auraient permis à la viande de ne pas bruler. La plupart des autochtones ainés du Québec ont connu ce mode de cuisson, dont mon père qui a trappé la fourrure avec eux. J’ai moi-même expérimenté la cuisson d’un saumon et d’un lièvre dans le sable brulant pour me rendre compte que c’est un magnifique moyen d’obtenir un poisson ou une chair humide et gouteuse à souhait. Ce type de cuisson est évidemment folklorique et n’est plus du tout pratiqué sinon par quelques trappeurs et pêcheurs