Blogue

Les corps gras dans la cuisine québécoise

Comme le rappelle Michel Lambert dans ses ouvrages, chaque peuple fondateur du Québec avait son gras préféré pour cuisiner. Les Inuits : la graisse de phoque; les nations de langue algonquienne : la graisse d’ours ou de castor; les nations de langue iroquoïenne : la graisse de bélouga ou de poisson gras comme l’anguille ou le saumon; les Britanniques, du suif de bœuf et les Français, plusieurs types de gras issu du porc.

Les plats principaux liquides

Dans notre grande tournée de la cuisine du Québec d'hier à aujourd'hui, attardons-nous maintanant sur les plats principaux liquides. On parle ici de la cuisson de viandes et de légumes dans un liquide qui peut être de l'eau (vapeur ou liquide) ou une sauce. Appartiennent à cette catégorie les bouillis, les braisés, les cuissons à la vapeur, les plats en sauce, les mijotés, les pochés et les ragoûts. Ces types de plats aux variantes innombrables ont souvent des origines très anciennes, voire préhistoriques.

Les peuples de langue algonquienne

Les peuples algonquiens sont des Autochtones appartenant à un vaste ensemble de nations autochtones du Canada et des États-Unis (incluant notamment la nation des Algonquins), qui sont de souche commune et de langues apparentées, répartis géographiquement de la côte atlantique jusqu'aux Rocheuses. Ces peuples ont en commun l'une ou l'autre des langues algonquiennes, des langues similaires et apparentées qui permettaient aux différentes nations appartenants à ce groupe de se comprendre aisément entre elles.

Pages